×

Message d'erreur

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in include_once() (line 1387 of /opt/www/stageprod_b/drupal-7.61/includes/bootstrap.inc).
grains-1621880.jpg
CHAPITRES :

Si des milliers d’espèces ont été cultivées depuis la découverte de l’agriculture, on considère généralement que seules quelques dizaines d’entre elles suffisent aujourd’hui à couvrir les besoins de l’humanité. Une vision trop simpliste ?

La réponse à cette question est particulièrement complexe. Selon la FAO (organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture), plus de 7 000 espèces de plantes ont été cultivées ou collectées depuis les origines de l’agriculture. Toutefois, aujourd’hui, 95 % des besoins en énergie de l’humanité sont couverts par seulement 30 espèces de plantes. Le riz, le blé, le maïs, le millet et le sorgho fournissent à eux seuls 60 % de ces apports. Cette vision globale masque toutefois une réalité plus fragmentée. En 1990, des chercheurs ont mesuré l’importance de chaque espèce végétale dans les régimes alimentaires de chaque pays, non seulement en terme d’apport énergétique, mais aussi d’apport protéique, de source de graisse, et de quantité de nourriture [bib]cle14470[/bib]. Leurs travaux ont montré qu’à ce niveau de détail, la liste des cultures importantes pour l’humanité s’allongeait considérablement, dépassant la centaine d’espèces. En effet, des cultures comme le fonio ou le quinoa, bien que ne représentant qu’une fraction de la production mondiale, sont essentielles pour la sécurité alimentaire de pays entiers.

En 2014, une équipe internationale de scientifiques a actualisé ces résultats, qui se basaient sur des jeux de données datant du début des années 1980 [bib]cle14469[/bib], et ce pour 152 pays, soit 98 % de la population mondiale. Leurs travaux indiquent que le nombre total de cultures d’importance pour l’humanité est resté relativement constant durant les dernières décennies. Ils révèlent toutefois une tendance inquiétante : l’aire de répartition et l’abondance de ces plantes a significativement changé, soulignant une homogénéisation continue des ressources alimentaires. Cette tendance ne montre aucun signe d’infléchissement.

vegetables_unsplash.jpg
Lionel Cavicchioli - CIRAD