Collection de cacaoyers

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined offset: 4 dans user_node_load() (ligne 3697 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans user_node_load() (ligne 3697 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).
  • Notice : Undefined offset: 4 dans user_node_load() (ligne 3698 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans user_node_load() (ligne 3698 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).
  • Notice : Undefined offset: 4 dans user_node_load() (ligne 3699 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans user_node_load() (ligne 3699 dans /opt/www/stageprod_b/drupal-7.59/modules/user/user.module).

Cette collection importante (510 entrées) figure en très bonne place parmi celles recensées par l’International Cocoa Germplasm Database (ICGD). Elle est la collection de référence pour le matériel spontané de Guyane (groupe génétique "Guiana"; descendances libres et clones GU, KER, Borne 7, PINA, ELP, YAL et OYA) et recèle certains clones rares ou très rares (sélections de l'IFCC, de l'IRCC, sélections du Ghana, prospection au Vénézuela en 1986, clones LCT-EEN, EBC). Elle abrite aussi des représentants de quelques espèces voisines du cacaoyer (T. speciosum, T. subincanum, T. grandiflorum et Herrania spp.).

En ce qui concerne l'espèce T. cacao, la collection contient du matériel "local" (sous forme de descendances libres et de clones) et étranger (surtout clones).

  • Le matériel local comprend du matériel spontané et du matériel anciennement cultivé.  L'ensemble représente 217 clones (dont 192 spontanés) et 56 descendances libres (dont 33 sauvages). Une « core collection » abrite 192 clones spontanés et 9 anciennement cultivés.
  • Le matériel d'origine étrangère représente 134 clones (et une descendance libre).
  • Tous les groupes génétiques (au sens de Motamayor et al. 2008) sont représentés.

Source (c) CIRAD

L’Institut français du café et du cacao (IFCC) s’est installé en Guyane en 1978 afin d’y établir une “collection vivante” visant à sauvegarder le matériel végétal créé, sélectionné ou acquis par ses chercheurs. A partir de 1987, la mise en évidence de l’originalité des cacaoyers spontanés locaux, prospectés dans le Sud-Est du pays, a constitué un second pôle d’intérêt croissant.

La première parcelle de collection fut plantée en 1980 : il s’agissait de matériel végétal anciennement cultivé dans le nord du pays. Ensuite, à partir de 1987, trois prospections dans le sud-est du pays fournirent un abondant matériel végétal spontané qui fut planté de 1988 à 1996. Parallèlement, du matériel fut importé de l'étranger. La surface actuelle de la collection est de 1,41 hectares (soit environ 1600 arbres).

Source (c) CIRAD

La collection est une banque de gènes et une collection de travail ; les activités sont la caractérisation, l'évaluation, la sauvegarde et les échanges de matériel végétal (sans compter la collecte en forêt primaire).

  • Caractérisation et évaluation : Le matériel sauvage collecté est en principe évalué agronomiquement (individuellement) pendant 10 ans, pour plusieurs critères de sélection. Ensuite, les ortets sont caractérisés (descripteurs morphologiques : fleurs, fruits) et "génotypés" à l'aide de marqueurs moléculaires. Ils sont évalués pour la résistance à plusieurs maladies du cacaoyer, dont la pourriture brune, causée en Guyane par Phytophthora palmivora et P. capsici.
  • Sauvegarde : Après caractérisation et évaluation agronomique du matériel sauvage, les ortets sélectionnés sont clonés et sauvegardés localement dans une "core collection" et, pour certains, fournis aux quarantaines (principalement celle de l'Université de Reading, Grande-Bretagne).
  • Echanges : La collection est une collection vivante, qui importe et fournit des clones, par l'intermédiaire de stations de quarantaine. Les meilleurs ortets sélectionnés et clonés peuvent être exportés dans les pays producteurs, via les quarantaines de Reading ou de Montpellier (après parfois un complément d'évaluation dans ce dernier lieu). La collection fournit également, principalement pour le Cirad de Montpellier, d'autres productions (cabosses, semences, éventuellement fleurs et feuilles). Parallèlement, elle importe tout clone utile en amélioration génétique.

Source (c) CIRAD

Prénom: 
Michel
Nom: 
Boccara
Adresse e-mail: